Toute la vérité

Attaque de grizzly au Yukon : La Québécoise de 37 ans et son bébé n'ont eu aucune chance.
Attaque de grizzly au Yukon : La Québécoise de 37 ans et son bébé n'ont eu aucune chance.




Attaque de grizzly au Yukon : La Québécoise de 37 ans et son bébé n'ont eu aucune chance.
"Cet ours mâle qui était âgé d'environ 18 ans aurait dû être en hibernation. Une histoire horrible !"

C’est en octobre dernier que le terrible drame est survenu. Valérie Théorêt, une enseignante âgée de 37 ans originaire du Québec, vivait au Yukon depuis des années.

Elle avait accompagné son conjoint, qui était également le père de son bébé de 10 mois, dans un secteur de chasse plutôt isolé.

Ils vivaient tous les trois dans une cabane. 

Valérie s’était éloignée de sa cabane avec sa fille ce jour-là pour aller marcher. La petite Adèle était dans un porte-bébé bien au chaud sur le dos de sa maman.

L’ours qui recherchait vraisemblablement de la nourriture, a détecté leur présence et les attaqués sauvagement. 

« Les blessures de Mme Théorêt correspondent à des coups de patte et à des morsures d’ours. Il est évident qu’elles se sont rapidement avérées fatales. Les blessures d’Adèle Roesholt indiquent un décès instantané », a expliqué la coroner.




L'ours a été tué par le conjoint de Valérie lorsqu’il est revenu près de la cabane après sa tournée d’inspection les pièges de chasse installés par le couple.

Il a d’ailleurs été aussi attaqué par l’ours mais il a réussi à l’atteindre quelques deux mètres avant que l’animal ne le blesse à son tour. 

Cet ours mâle qui était âgé d’environ 18 ans aurait dû être en hibernation à cette époque de l’année. Mais comme l’explique la coroner : « au moment de sa mort, il était émacié et n’aurait pas pu hiberner en raison de son manque total de graisse corporelle ».

« Les enquêteurs ont conclu que l’attaque de l’ours à l’endroit des deux victimes était un pur comportement de prédation », a conclu la coroner.

Le ministère de l’Environnement du Yukon rappelle d’ailleurs à la population qu’il faut être très prudent au sujet des ours, et ce, pendant toute l’année. De plus il conseille fortement de se munir d’un répulsif anti-ours. 

Avec le réchauffement climatique, pareille situation peut malheureusement encore se reproduire.



Source : tvanouvelles




Partager sur Facebook