Toute la vérité

DPJ: Un rapport faisait état des impacts négatifs de la réforme Barrette
DPJ: Un rapport faisait état des impacts négatifs de la réforme Barrette




DPJ: Un rapport faisait état des impacts négatifs de la réforme Barrette
"​​​​​​​Nous sommes en train de subir la réforme."

En 2015, le ministre de la Santé Gaétan Barrette a complètement chamboulé le système de santé avec son projet de loi 10.

Un des changements importants effectués a été de fusionner les directions régionales de la protection de la jeunesse (DPJ) avec les Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS). Hôpitaux, CLSC, centre d'hébergement et centres jeunesse ne font plus qu'un.

On y compte jusqu'à 15 000 employés et médecins.

À l'époque, trois chercheurs de l'École nationale d'administration publique ont déposéà l'Assemblée nationale un mémoire sur le projet de loi. Selon le mémoire, cette réforme avait des conscéquences à long terme sur la continuité des services octroyés aux enfants vulnérables.

« En misant sur de grosses structures bureaucratisées, basé sur une logique "hospitalocentrée", le projet de loi 10 risque d’entraîner des choix d’affectation de ressources qui feront entrave au développement des services sociaux pour les jeunes et leur famille » mettaient en garde les auteurs du mémoire.

Plusieurs intervenants du réseau de santé étaient révoltés par cette réforme. Ils croyaient que les efforts seraient mis au niveau de l'administration plutôt que sur les services offerts à la population.




Le budget octroyé à la protection de la jeunesse risquait de se perdre dans le reste de l'organisation, selon le mémoire. 

« Avant, il y avait un conseil d’administration du centre jeunesse. Maintenant, si le centre jeunesse a deux ou trois heures par année au CA (du CISSS), c’est beaucoup. Tout est axé sur le médical et l’hôpital », dénonce Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux. 

Avec les derniers événements survenus à Granby, on peut maintenant constater que les craintes évoquées par les trois chercheurs dans ce mémoire étaient fondées.

Nous sommes en train de subir la réforme Barrette, qui a préféré mettre l'emphase sur les hôpitaux et le médical, plutôt que sur nos enfants sans défense.

Étant médecin de métier, êtes-vous surpris qu'il ait un parti pris pour sa profession?

Maintenant, ce sont nos enfants qui en paient le prix. Merci monsieur Barrette!



Source: Journal de Montréal

Crédit photo à la une : Facebook




Partager sur Facebook