Toute la vérité

En France, il est désormais possible de vendre votre animal à un laboratoire
En France, il est désormais possible de vendre votre animal à un laboratoire




En France, il est désormais possible de vendre votre animal à un laboratoire
"Un décret vient tout juste d'être adopté en France."

Tout récemment, des images du Festival de la viande de chien en Chine ont semé l'indignation à travers le monde particulièrement lorsqu'on sait que la pandémie a fort probablement débutée dans cette partie du monde à cause de pratiques semblables.

Mais alors que dans plusieurs pays on tente de protéger tant les animaux sauvages que domestiques, un décret vient tout juste d'être adopté en France qui modifie les dispositions relatives à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques.

Concrètement, depuis le 17 mars dernier, n'importe qui peut vendre son animal domestique à un laboratoire pour qu'il soit utilisé pour des tests.  

Chritiane Laupie, secrétaire générale et fondatrice du Comité scientifique Pro Anima qui est partenaire de la Fondation 30 Millions d'Amis voué à la protection des animaux explique :




« Depuis la réglementation de septembre 1986, les animaux destinés à la vivisection doivent provenir uniquement de fournisseurs agréés et connus. Ce décret, c'est la porte ouverte au pire!

Élevages de chiens de chasse, particuliers, n'importe qui peut vendre son animal à un laboratoire. »

Ces pratiques sont dénoncées à travers le monde, on s'explique donc mal pourquoi ce décret a été adopté. La Fondation 30 Millions d'Amis souligne que le développement du test Valitox pourrait permettre d'éviter ces tortures envers les animaux.

Avec cette méthode, les chercheurs analysent et travaillent sur des cellules humaines en culture, donc aucun animal n'est sacrifié dans leurs recherches. Pourquoi alors ne pas utiliser cette méthode plutôt que d'utiliser les animaux?

N'oubliez pas de partager cet article pour que cesse ces cruels tests envers les animaux.



Source : Fondation 30 Millions d'Amis




Partager sur Facebook