Toute la vérité

Gaspillage alimentaire : si vous saviez tout ce qui est jeté dans les cabanes à sucre
Gaspillage alimentaire : si vous saviez tout ce qui est jeté dans les cabanes à sucre




Gaspillage alimentaire : si vous saviez tout ce qui est jeté dans les cabanes à sucre
"Avec plus de 200 cabanes à sucre au Québec, imaginez toute la nourriture jetée."

Alors que la population commence à prendre conscience de toute la nourriture qui est gaspillée annuellement, les cabanes à sucre veulent s’attaquer au gaspillage alimentaire.

La quantité de nourriture qui est jetée aux poubelles dans ces établissements est énorme. 

« C’est dégueulasse, on peut tout récupérer. C’est du gaspillage inutile. Ça n’a aucun sens », explique Simon Farsa, copropriétaire de la cabane à sucre Farsa à Saint-Eustache au Journal de Montréal. 

Devant vivre avec cette réalité au quotidien et avec la saison des sucres qui débutera sous peu, il veut dénoncer cette situation.

Chiffrer les quantités exactes est difficile, mais les photos prises par le Journal de Montréal montrent toute l’ampleur du phénomène.




Certains propriétaires ont essayé de réduire les portions dans les assiettes pour éviter le gaspillage, mais ce n’est pas chose facile. 

« On veut réduire les portions, mais les gens ne sont pas contents », affirme M. Farsa.

La solution peut passer par le service :

« On a réduit les portions, mais on en sert plus souvent et plusieurs se plaignent de voir moins de nourriture sur les tables au début du repas », explique la propriétaire du Chalet des Érables dans les Laurentides, Stéphanie Laurin.

Plusieurs voudraient faire des dons avec la nourriture en trop. 

« On a offert de donner les restants à des organismes de charité, mais ils croient que ce n’est pas légal en raison des règlements du ministère des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec [le MAPAQ] », explique M. Farsa.

Le Journal de Montréal a vérifié auprès de la MAPAQ et il semblerait que les dons soient légaux. 

« Il faut que toutes les précautions aient été prises pour s’assurer qu’elle est comestible », explique Yohan Dallaire-Boily, porte-parole au MAPAQ.

Comme la nourriture servie en cabane à sucre est normalement sous forme de buffet, il ne s’agit pas de restes de table.

Des organismes ont été contactés dans le but de leur offrir les surplus de nourriture. 

L’histoire est à suivre. Avec plus de 200 cabanes à sucre au Québec, imaginez toute la nourriture jetée.



Source : tvanouvelles




Partager sur Facebook