Toute la vérité

Grâce aux réseaux sociaux et aux médias, Caroline Auger verra peut-être son fils grandir
Grâce aux réseaux sociaux et aux médias, Caroline Auger verra peut-être son fils grandir




Grâce aux réseaux sociaux et aux médias, Caroline Auger verra peut-être son fils grandir
"Aidez à sauver une jeune maman trop jeune pour mourir."

À 27 ans, Caroline Auger a appris la pire des nouvelles pour une mère, celle qu'elle ne pourrait pas voir son fils grandir. 

Souffrant d'un cancer très agressif dont la médecine ne semblait plus pouvoir rien faire, elle avait fait appel au public et aux réseaux sociaux pour amasser les 150 000 nécessaire pour avoir accès à un traitement d'immunothérapie dispensé dans la ville de Boston.

Misant sur son dernier espoir, elle ne s'attendait à rien mais la réponse des Québécois a été vraiment généreuse. 

En quelques jours, elle avait amassé grâce au site Web Gofundme 60 000 $.

Un espoir s'annonçait alors à l'horizon sans qu'elle n'ose trop y croire.

Mais ce lundi, elle a publié sur sa page Facebook un message qui était une mauvaise et une bonne nouvelle à la fois et le voici :




« L’enveloppe pulmonaire est également atteinte.

Tu n’es plus opérable.

On me l’a annoncé doucement, dans le silence de la pièce dont seuls les gazouillis de mon enfant se faisait entendre.

S’ensuivent des larmes. Elles coulaient lentement sur mes joues entre deux “je suis désolée”.

Parce que pleurer chez le médecin, ce n’est pas évident. Je sais qu’ils sont déjà à l’envers de la nouvelle. Je sais que ce moment jouera sur leur vie tant professionnelle que personnelle. “Journée de marde. J’ai du annoncer à une patiente que l’opération était rendu impossible”.

J’imagine déjà ce qu’il dit à sa femme ce soir-là.

Reviens Caro. Tu dois poser tes questions pour la suite.

Petit manquement de quelques secondes et je vois le doux visage de mon fils. Bon, ok. L’opération c’est un non.

What’s next?

Boston. Boston Caro. C’est ça le plan, de toute façon.

On m’a ensuite rencontré; c’était la première fois que je les voyais toutes ensemble. Ma radio-oncologue, mon oncologue (l’autre étant en salle d’opération elle n’a pu se libérer), ainsi que mon infirmière pivot.

Une équipe de 🔥. Mais qui n’a malheureusement pas le pouvoir sur les procédures du système de santé au Québec. C’est en haut qu’on choisi. C’est en haut qu’on décide. Mais Québec, ce soir je vous annonce que LES CHOSES CHANGENT, que les choses bougent.

J’aurai accès à quelque chose de NOUVEAU ici.

Un “cocktail” préparé JUSTE POUR MOI.

C’est malheureux parce que ça aura pris les médias; la télé, la radio & les journaux. C’est malheureux parce que ça aura pris un mouvement de mobilisation.

C’est malheureux parce que ça aura pris toute mon énergie.

MAIS. Québec, nous en sommes venus à des RÉSULTATS.

Des résultats, qui plus est, seront rapides.

Mardi, le 4 février, je débuterai l’immunothérapie AU QUÉBEC.

Je serai ce qu’on appelle “un patient d’exception”. Ce ne sera PAS dans le cadre d’un essaie clinique (Au risque de me répéter, je n’y ai pas accès), mais ce sera ONÉREUX. Soit autour de 15 000 $ / cycle de 3 semaines. En plus des médicaments et des autres dépenses.

On peut s’attendre, Québec, à ce que me faire vivre coûte 20 000 $ / mois.

Je serai une donnée. Je serai une statistique, un chiffre, un cas de littérature médicale.

Mais, je serai une avancée. 

Et je crois pouvoir dire ; un exemple pour ceux et celles qui s’apprêtent à abandonner.

Ce n’est pas fini, tant que tout n’est pas terminé. Ce n’est pas terminé, tant que ton corps n’a pas lâché, tant que ton cœur n’a pas cessé.

Un vent de changement pour le Québec ce soir. Une nouveauté pour le système de santé.Un petit pas de plus pour le cancer. Un tout petit pas pour qu’ici, on soigne les gens de chez nous. Un mini pas vers l’avant pour que ce devienne accessible un jour. Pour qu’un jour rapproché, Santé Canada approuve.

Un petit pas pour la maladie, un grand pas pour la vie.

Voici le cocktail spécial Caro : 

Mardi : Immunothérapie Keytruda (Pembrolizumab)

Mercredi : Chimothérapie Cisplatine + Chimiothérapie Topotecan

Jeudi : Chimiothérapie Topotecan + Avastin

Vendredi : Chimiothérapie Topotecan

Boston, je te garde dans ma poche. Mon dossier restera à jour « au cas ». Mon passeport est prêt « au cas ». Entre-temps, je tente le tout pour le tout ici, par chez moi. Alors tous ensemble, des ondes positives, QUE des ondes positives; parce qu’avec la vague d’amour que vous m’avez donné, on a changé le système complet.

Et pour cela, j’y crois. Une vague d’espoir changera ma vie. Ne reste plus qu’à regarder loin devant et se dire que je répondrai aux traitements.

Gens d’ici et d’ailleurs, vous avez permis au Québec de changer aujourd’hui. Et si j’ai une chose à retenir, c’est que TOUT EST POSSIBLE.

Alors, miracle, je t’attends. C’est quand tu veux, la porte est débarrée. J’peux même te faire un bon café si c’est c’qu’il te manque…

P.S: Je n'ai pas fini de lire vos messages. Ni d'accepter les interact. Entre bébé et RV, je vous confirme que ce sera fait :) #Fightcancer #anythingformyson #loveyouLukas #RythmeFM #journaldeMtl #JournalleSoleil #DenisLevesque #IsabelleMaréch

Bon courage Caroline, nous sommes de tout coeur avec toi.



POUR DONNER À CAROLINE CLIQUEZ ICI





Source : Facebook

Crédit photo : Facebook




Partager sur Facebook