Toute la vérité

Joyeux anniversaire...à mon cancer ! Ce texte est une bombe..À lire !
Joyeux anniversaire...à mon cancer ! Ce texte est une bombe..À lire !




Joyeux anniversaire...à mon cancer ! Ce texte est une bombe..À lire !
"''Je continue à résister, à me battre, et je t'emmerde !''"

Nous avons déniché ce petit bijou de publication via le compte Facebook de Jean-Marie Choffat. Jean-Marie nous livre ce bouleversant témoignage face à ce cancer qui le ronge depuis bientôt 25 ans...



Partagez-le avec tous vos contacts






 



''JOYEUX ANNIVERSAIRE… à mon Cancer !



Ça fait 25 ans aujourd’hui que tu t’es introduit dans ma vie. Depuis tu as tout essayé pour la détruire, mais j’ai résisté, je me suis battu…



Ce 26 avril 1991, en même temps que les médecins prononçaient ton nom, Cancer, ils informaient ma famille qu’il me restait sans doute très peu de temps à vivre, trois mois peut-être …

À l’époque tu ne me connaissais pas, tu as pensé que j’allais m’effondrer…



Mais j’ai résisté, je me suis battu…



En 25 ans, tu m’as fait connaitre les opérations multiples (dont une greffe totale de foie), tu m’as privé d’un mètre cinquante d’intestin grêle (preuve que l’on peut vivre sans !), tu m’as fait subir trois années de chimiothérapie ; une chimio-embolisation ; des rayons ; de lourds traitements de Cortisone … d’anti-rejet…



Tu m’as volé quelques-uns de mes meilleurs amis ; tu as essayé de me priver de montagne, mais tu n’y es pas arrivé, la passion était trop forte et trop belle : j’ai réussi à gravir la face nord des Grandes Jorasses entre deux chimio, et, malgré toi, j’ai même continué à grimper un peu partout dans le monde…



J’ai résisté, je me suis battu…






Ma plus grande crainte finalement, aura été de ne pas voir mon fils à 20 ans : il en aura 26 après demain! 

Je suis désolé de te le dire, mais je crois qu’avec moi, sur bien des plans, tu as perdu !



Ô, je ne suis pas dupe, tu m’auras à l’usure forcément… J’aurai 60 ans dans quelques semaines et à cet âge-là, avec tout ce que tu m’as fait subir au fil des années, ma résistance n’est plus la même …

Mais qu’importe : j’aurai résisté, je me serai battu…



Je pourrais te dire la phrase « super intelligente » prononcée par un ancien Président de la République à un pauvre gars qui n’en demandait pas autant : « Casse toi, p’ove con ! », mais je sais que tu ne le feras pas…



Alors, je préfère te dire les deux mots que je t’adresse tous les 26 avril depuis 25 ans : JE T’EMMERDE !!



… Je continue à résister, à me battre, et JE T’EMMERDE !!!



(Avec bien-sûr une très forte pensée pour tous ceux qui se battent contre cette saloperie !)''





Source Jean-Marie Choffat



Partager sur Facebook