Toute la vérité

La police d'Ontario dénonce les conducteurs qui conduisent avec les facultés affaiblies sur les réseaux sociaux
La police d'Ontario dénonce les conducteurs qui conduisent avec les facultés affaiblies sur les réseaux sociaux




La police d'Ontario dénonce les conducteurs qui conduisent avec les facultés affaiblies sur les réseaux sociaux
"Un exemple que d'autres provinces adopteront très certainement dans un futur proche..."

En plus d'être soumis à une grave amende, les conducteurs qui décident de prendre le volant après avoir consommé de l'alcool ou de la drogue verront leurs noms mentionnés sur les médias sociaux de la police.

Ces nouvelles mesures ont été rapportées par la chaîne de télévision CTV. On veut ainsi faire peur aux automobilistes qui continuent de conduire sous l'effet de l'alcool et de la drogue.

On pourra retrouver leur nom associé à l'infraction qu'ils ont commise sur le site Web de la police ontarienne de même que sur leur page de médias sociaux.

Un exemple que d'autres provinces adopteront très certainement dans un futur proche. 

L'année dernière, plus de 1400 personnes ont été arrêtées pour avoir conduit avec les facultés affaiblies sur le territoire ontarien.




Ce nombre est beaucoup trop élevé selon les autorités qui cherchaient une méthode-choc pour dissuader les automobilistes. La vie de milliers de gens est mise en danger par de tels comportements. 

Selon un policier interrogé par CTV, c'est le meilleur moyen qu'ils ont trouvé pour essayer de diminuer le nombre d'arrestations. L'humiliation causée par la diffusion de leur nom sur les réseaux sociaux aura très certainement un effet dissuasif sur les automobilistes pour qu'ils respectent la loi. 

Depuis que cette nouvelle mesure est en application, la police ontarienne a publié 16 noms sur les médias sociaux de la police (Facebook et Twitter) de même que sur leur site Internet.

Voici d'ailleurs leur publication Facebook : Pensez-vous que ces nouvelles mesures vont aider à décourager les automobilistes?

Et aimeriez-vous que l’on fasse de même au Québec?



Source: CTV News




Partager sur Facebook