Toute la vérité

Mon mari, mon ami, mon complice, on ne sera jamais des âmes soeurs.
Mon mari, mon ami, mon complice, on ne sera jamais des âmes soeurs.




Mon mari, mon ami, mon complice, on ne sera jamais des âmes soeurs.
"Que pensez-vous de ce texte? Croyez-vous qu'il soit plutôt déprimant, ou plutôt réaliste? "

On le savait depuis longtemps, bien avant de décider de devenir des partenaires de vie et de fonder une famille ensemble : Nos hormones s'accordaient bien ensemble, notre chimie était au rendez-vous, et c'était très stimulant. Sauf que ce genre de science, c'est souvent bien éphémère, et ça aussi, on le savait.



Cette science-là a donné vie à nos enfants, et on forme une famille plutôt fonctionnelle. Comme toutes les familles, on surmonte des épreuves, on a nos défis, on travaille sur des choses importantes, mais on ne se laisse pas tomber bien longtemps. De temps en temps, j'ai besoin de me séparer de toi, et vice-versa, mais on se retrouve.



On se retrouve parce qu'on est amis, parce qu'on est complices, parce qu'on est partenaires. Je pourrais vivre sans toi, tu pourrais vivre sans moi. Mais notre famille vit mieux avec nous deux. On n'est pas amoureux, et jamais tu ne caresseras mes cheveux. Jamais je ne flatterai ta joue en te disant que je t'aime, et jamais on ne prendra place sur le même fauteuil pour visionner un film.



On ne dansera jamais un slow en étant un peu soûls un vendredi soir sur le bord d'un feu, parce qu'on l'a fait dans les débuts, mais qu'on trouverait ça tellement ridicule maintenant. Et pourtant, j'en aurais parfois tellement envie...



Et quand on sera vieux, on aura probablement chacun nos occupations, chacun notre vie, et on se retrouvera pour se la raconter et rire un peu sur nos chaises berçantes, bien confortablement installés sur le porche de la maison que je te décris depuis toujours et que tu souhaites vraiment qu'on ait parce que ça me ferait plaisir, même si ça ne t'intéresse pas tant que ça.



Tu m'écouteras comme tu le fais toujours, en faisant un peu semblant de pas être trop intéressé, mais tu te rappelleras chaque détail des années plus tard, comme tu l'as souvent fait.



Tu ne seras jamais le mari bourré de tendresse, je ne serai jamais la femme qui te démontre de l'affection. Mais tu seras le mari qui veut vraiment mon bonheur et ma réussite, et je serai la femme qui te poussera toujours dans le dos pour que tu atteignes tes buts et qui croira en toi quand tu ne le feras plus toi-même.



Parce qu'on se veut du bien. On veut réaliser nos rêves ensemble, et le fait d'être surtout copains nous aide à le faire.



Honnêtement, y'a des jours où ça me rend un peu triste. Je vois les couples marcher main dans la main et je me dis que ça n'a jamais été nous, que ça ne le sera jamais. Et que ça ne sera jamais moi ni toi chacun de son côté non plus.






Je vois des couples au restaurant en tête-à-tête par la fenêtre alors qu'on revient de faire les courses et j'ai un pincement au cœur de me dire qu'avant même d'atteindre la trentaine, ce genre de rêve-là est déjà terminé.



Quand on m'offre de garder les enfants pour qu'on puisse sortir en amoureux, j'ai aussi un pincement au cœur qui surgit tout de suite après m'être dit ''Du temps en amoureux? Pour quoi faire?''



Mais je pense à ce qu'on construit, à la confiance qu'on se fait, au support qu'on se donne, aux bonnes intentions qu'on a l'un envers l'autre, à l'eau qu'on a mis dans notre vin, au chemin qu'on a parcouru alors que nos routes ont failli se séparer de nombreuses fois, pis je me dis que dans le fond, c'est peut-être ben ça, l'amour.



Même si j'ai l'impression que ce n'est pas le cas, même si j'aimerais tellement plus des fois, même si je peux me passer de toi pendant des jours et des jours sans trop m'ennuyer, je ne vois plus ma vie sans nous.



On est une équipe. Pas une équipe romantique, pas une équipe à rendre jaloux, pas une équipe passionnée.



Mais une équipe qui s'aime plus qu'elle ne le pense.



Source: Vraiment.Org




Partager sur Facebook