Toute la vérité

Une pétition en ligne pour que le plan de la rentrée scolaire québécoise soit révisé
Une pétition en ligne pour que le plan de la rentrée scolaire québécoise soit révisé




Une pétition en ligne pour que le plan de la rentrée scolaire québécoise soit révisé
"Jusqu'à maintenant plus de 18 000 personnes ont signé la pétition."

On l'attendait depuis longtemps et sa sortie ne fait pas l'unanimité. Le gouvernement provincial a annoncé son plan pour la rentrée scolaire 2020 suite à la situation que nous vivons avec le coronavirus.

Plusieurs consignes ont été élaborées suivant les recommandations de la santé publique.

Mais jusqu'à quel point sont-elles réalisables?

Difficile à dire tant qu'on ne les aura pas mises en pratique.

Chose certaine, cette rentrée sera bien différente pour les élèves de tous les niveaux mais aussi pour le personnel enseignant qui devra s'adapter.

Plusieurs insatisfactions ont fait surface suite au dévoilement du plan et une pétition a été mise en ligne pour qu'une révision soit faite.

Jusqu'à maintenant plus de 18 000 personnes ont signé la pétition qui fait état de plusieurs lacunes dans les directives du gouvernement.

Voici les points apportés par Sarah Gibson, à l’origine de la pétition, pour inciter la population à signer et les demandes précises faites au gouvernement :



« Le gouvernement du Québec a annoncé son plan de match pour la rentrée scolaire en juin. Parmi les consignes élaborées dans le plan :

Présence obligatoire en classe pour tous les enfants avec possibilité d'alternance des jours uniquement pour les élèves des secondaires IV et V.

Les enfants de la maternelle au secondaire III seront regroupés en sous-groupes de 6 élèves, au sein desquels aucune distanciation physique ne sera imposée. Une distance d'un mètre est censée être maintenue entre les sous-groupes. Une distance de deux mètres doit être maintenue entre les enseignants et les élèves.




Le port du couvre-visage ne sera pas obligatoire.

Seul les élèves qui présentent une vulnérabilité sur le plan de la santé (maladie chronique, déficit immunitaire grave) pourraient bénéficier d’une exception. Un billet du médecin sera requis.

Il y a plusieurs problèmes avec ce plan.

1:  Il n'y a pas de modèle convenant à tous dans cette situation. Il y a les gens vulnérables dans certains de nos familles. Et certains enfants trouveront non seulement l'environnement scolaire difficile, mais potentiellement dangereux. Il n'y a pas d’option d’éducation à la maison pour ces familles dans le cadre du plan actuel.

Les enfants qui ont des difficultés de santé mentale, des défis de communication et d'apprentissage, et / ou qui vivent avec des personnes vulnérables, pourraient éprouver une certaine angoisse en faisant face aux réalités et restrictions de l'environnement scolaire pandémique et ceci pourrait nuire à leur apprentissage et à leur santé émotive et mentale. Les membres de la famille qui sont vulnérables seront à risque, aussi.

Ces familles ont besoin de plus d’options. Par exemple, les diffusions en direct de chaque salle de classe, pourrait être une option qui permettrait l’éducation simultanée en classe et à distance. Il y a certainement d'autres idées que les enseignants pourraient proposer.

Nous devons reconnaître que toutes les familles qui souhaiteraient garder leurs enfants à la maison ne pourraient pas le faire même si ceci était un choix. Pour les familles qui peuvent assurer l’éducation de leurs enfants à la maison en suivant un programme établi par l’école pour l’éducation à distance, cela pourrait être aussi essentiel au bien-être et à l'éducation de leurs enfants que d'être présent en classe. Cela aurait aussi l’effet de réduire le nombre d'enfants dans les écoles - mieux pour tout le monde.

2: Comme l’ensemble des connaissances scientifiques à propos de la COVID-19 évolue de jour en jour, l’information qui était disponible en juin, lorsque le gouvernement a formulé son plan, est périmée. D’ignorer les dernières découvertes en matière de planification scolaire équivaut à une négligence de la santé publique.

Les données actuelles indiquent qu’il faut :

Tenir compte du nombre de personnes dans tout espace intérieur ainsi que d’assurer une distance physique entre elles, quel que soit leur âge.

Il est de plus en plus clair que les enfants sont aussi contagieux que les adultes.

Le plan actuel n'ajoute pas d'espace; le même nombre d’élèves se retrouveront dans chaque classe (sous-groupes ou non), sauf en secondaire IV et V où les élèves peuvent se présenter en alternance en groupes de 50%, à la discrétion de chaque école.

Une distance de une mètre entre les sous-groupes est probablement inutile, selon les dernières recherches.

Considérer la transmission aérienne et la dynamique de la ventilation

Il y plus en plus d’évidence que la transmission aérienne ainsi que le rôle des systèmes de ventilation sont des facteurs importants à considérer. Ceci n’est pas pris en compte dans le plan du gouvernement.

Considérer le port du couvre-visage pour toute personne assez âgée pour le faire et sans problèmes qui rend le port du couvre-visage impossible.

L'efficacité du port du couvre-visage est suffisamment claire pour que le gouvernement l'ait mandaté pour les 12 ans et plus dans tous les espaces publics intérieurs, mais pas dans les écoles pour enfants de tout âge.

Reconnaître l’inutilité de généraliser ou faire des prédictions sur l’évolution de la maladie chez tout individu ou catégorie d’individus à ce stade précoce d’un nouveau virus.

Des cas de syndrome inflammatoire multisystémique chez l'enfant [MIS-C] continuent d'être signalés; les facteurs prédisposants ne sont pas encore clairs.

Les cas de la COVID-19 de longue durée continuent d'augmenter; cette manifestation n'est pas encore comprise, aucun traitement n'existe et encore une fois, les facteurs prédisposants ne sont pas clairs.

Le nombre d'enfants infectés a augmenté au cours de l'été, sans les rassemblements dans les écoles...suite »

Pour consulter la pétition en entier CLIQUEZ ICI



Êtes-vous d'accord? Allez-vous signer cette pétition?





Source : change.org




Partager sur Facebook