Toute la vérité

Une piscine à vagues défectueuse crée un tsunami et fait 44 blessés
Une piscine à vagues défectueuse crée un tsunami et fait 44 blessés




Une piscine à vagues défectueuse crée un tsunami et fait 44 blessés
"La piscine défectueuse est présentement fermée."

Avec les températures caniculaires des derniers jours, on cherche à se rafraichir et quoi de mieux que les parcs aquatiques pour avoir du plaisir en famille tout en rendant les chaudes journées d’été plus supportables. 

Dans ces parcs, on retrouve plusieurs types de glissades allant de la petite promenade sous des cascades aux descentes infernales qui vous donnent froid dans le dos.

Et il y a bien entendu, les piscines à vagues qui vous font revivre les amusantes baignades dans la mer mais de façon plus sécuritaire.

Sécuritaire normalement oui, mais dans la piscine du parc aquatique Shuiyun Water Park à Jilin en Chine lundi dernier, plusieurs personnes présentes vous diraient tout le contraire.

Cette installation s’est soudainement détraquée formant une vague d’environ 3 mètre de haut qui a blessé 44 personnes.




Trois d’entre elles présentaient des fractures graves comme l’explique LCI.

Le porte-parole du parc a indiqué qu’une défaillance mécanique serait à l’origine de cette vague gigantesque qui était littéralement un petit « tsunami ». Dans la vidéo que vous allez voir ici-bas, vous constaterez par vous-même l’ampleur de l’incident en voyant les baigneurs qui sont projetés violemment hors de la piscine par la force de cette vague. 

Même si le nombre de blessés est énorme, il aurait pu être bien pire, mais les personnes présentes dans le bassin au moment de l’incident risquent d’y penser à deux fois avant de remettre les pieds dans ce type d’installation.

La piscine défectueuse est présentement fermée après inspection par les autorités. 

Cette scène effrayante nous fait réaliser que nous même si nous tentons d’avoir le contrôle sur les éléments, ils auront toujours le dernier mot.





Source : LCI

Crédit photo : Capture d'écran / Youtube / Le Parisien




Partager sur Facebook