Toute la vérité

Une professeure poussée à bout explique les raisons de sa démission
Une professeure poussée à bout explique les raisons de sa démission




Une professeure poussée à bout explique les raisons de sa démission
"Les enseignants méritent un grand respect qu'ils ne reçoivent malheureusement pas toujours."

Être enseignant en 2019 n’est pas chose facile. Il arrive que les parents ne leur font pas confiance ou qu’au contraire, ils comptent sur eux pour faire l’éducation des enfants.

Les classes sont surchargées et les budgets toujours déficitaires. Ils font des miracles avec des riens payant parfois même de leur poche une partie du matériel qu’ils utilisent.

Mais parfois s’en est trop et ils baissent les bras. C’est le cas de Julie Marburger, enseignante en sixième année.

Elle a décidé de mettre fin à sa carrière et en a expliqué les raisons sur son compte Facebook dans un long message. Elle a même publié des photos de sa classe pour appuyer ses dires. 

Voici son message :

« J’ai quitté le travail aujourd’hui après un incident avec un parent qui m’a laissée incapable émotionnellement de continuer ma journée.

J’avais déjà pris la décision d’arrêter d’enseigner à la fin de cette année scolaire et, aujourd’hui, je ne sais pas si je tiendrais aussi longtemps. Les parents manquent vraiment trop de respect, et leurs enfants encore plus.




L’administration semble toujours se ranger de leur côté pour que les parents soient contents, ce qui m’empêche de faire correctement le travail pour lequel j’ai été embauchée : apprendre aux enfants.

Je joins des photos prises dans la salle de classe ces deux derniers jours. Voici ce à quoi ressemble régulièrement ma salle de classe après que les élèves aient passé toute la journée dedans. »

 « Gardez à l’esprit que beaucoup des objets abîmés ou détruits m’appartiennent à moi personnellement ou que je les ai achetés, parce que la salle de classe n’a AUCUN budget. J’en ai finalement eu assez du dédain envers le personnel et la propriété de l’école et j’ai mis une limite aux comportements que je suis obligée de tolérer.

Malheureusement, aujourd’hui, une mère a pensé que j’avais tort de tenir son fils responsable de son comportement et a décidé de me le dire de façon très agressive, en présence de son fils .»



 « Les bulletins de notes vont être envoyés plus tard cette semaine, et près de la moitié de mes élèves échouent en raison de plusieurs devoirs non-rendus (8-10). La plupart de ces étudiants et leurs parents ne semblent pas s’en être souciés au cours des trois derniers mois, malgré l’envoi de rapports hebdomadaires, de courriels et des tentatives de communication par téléphone.

Mais maintenant, je vais probablement passer toute la semaine prochaine à gérer des appels et des courriels de parents furieux, voulant savoir pourquoi à cause de moi leur enfant a échoué. Mon directeur me demandera une explication quant aux raisons qui me poussent à laisser tant d’élèves échouer sans leur apporter de soutien, même si j’ai fait pratiquement tout fait excepté faire le travail à leur place. Et le comportement dans ma classe va se détériorer encore plus. Je m’attends à ça, car c’est ce qui se passe à la fin de chaque trimestre ».

 « Je n’ai jamais entendu parler d’une profession où les gens mettaient autant de cœur et d’âme dans leur travail, prenant du temps et des ressources de leur foyer et de leur famille, et recevant une paie si insultante. Les enseignants sont parmi les personnes les plus aimables et généreuses que j’ai jamais rencontrées, mais ils sont traités de manière irrespectueuse de tous les côtés. 

La plupart des parents ne supportent pas de passer plus de deux heures par jour avec leur enfant, mais nous en passons 8 avec le vôtre et 140 autres comme lui. Est-ce trop vous demander de faire preuve une courtoisie normale et d’une conversation civilisée? »

 « Avoir une classe à moi a été un de mes rêves depuis aussi loin dont je me souviens et j’ai maintenant le cœur brisé d’être devenue si désillusionnée en ces deux courtes années. C’est presque tout ce que j’entends de la part des autres enseignants, et ils quittent la profession en masse. Il va y avoir une crise des enseignants dans ce pays dans peu de temps à moins qu’un frein soit mis aux abus contre les enseignants. Les gens doivent absolument cesser de chouchouter et de tout permettre à leurs enfants.

C’est un problème qui va se répandre dans notre société comme une traînée de poudre. Ce n’est pas juste envers la société, et plus important encore, ce n’est pas juste pour les enfants de leur apprendre que tout est permis. Cela ne les aidera pas à se construire une vie réussie et heureuse ». « Beaucoup diront que je ne devrais pas poster de telles choses sur les réseaux sociaux… que je devrais promouvoir l’éducation et être positive. Mais je m’en fous. Toute la passion pour ce travail que j’ai eu autrefois m’a été complètement arrachée. Peut-être que je peux être la voix de la raison. Cela doit cesser. »

Elle ne s’attendait pas à cela, mais son message est devenu viral en étant partagé plus de 425 000 fois.

Elle a donc décidé de publier un nouveau message pour s’expliquer :

« Mise à jour : Je n’ai jamais eu l’intention d’être porte-parole de quoi que ce soit. Je ne suis pas la plus qualifiée pour le faire, et je ne suis certainement pas la meilleure professeure, de loin. Mais évidemment, mes paroles, exprimées en désespoir de cause ce jour-là, ont touché beaucoup de monde.

Ma boîte de réception Facebook Messenger a été inondée de commentaires d’enseignants et d’autres, du monde entier, d’accord avec moi et voulant m’apporter leur soutien.

Si je pouvais revenir en arrière, j’aurais dit certaines choses différemment. J’aurais souligné que j’ai beaucoup d’étudiants incroyables, travailleurs et respectueux qui viennent tous les jours et qui donnent le meilleur d’eux-mêmes et aussi beaucoup de parents qui les soutiennent et qui les aiment. Je leur suis reconnaissante et j’espère ne pas les avoir offensés. »

 « Mais ma frustration était aussi en leur faveur. Parce que les actions de certains entravent leur expérience éducative. Je crois que ce message a retenu autant d’attention parce qu’il traite de trois questions principales auxquelles nous devons nous attaquer en tant que société :

Premièrement, le système éducatif tel que nous le connaissons a besoin d’être réformé. Il ne fonctionne plus et est inadéquat pour nos enfants.

Deuxièmement, nous devons absolument accorder à nos enfants un niveau de responsabilité plus élevé dans tous les domaines. Gonfler leur succès n’augmente pas leur estime de soi. Si c’était le cas, nous n’aurions pas les taux de suicide chez les adolescents les plus élevés de l’histoire en ce moment. »

« Troisièmement, en tant que société, nous devons nous traiter les uns les autres avec beaucoup plus de respect. Nous ne faisons que sombrer dans la haine et les insultes. Personne ne gagne quand la gentillesse disparait. Je suis une femme de foi et j’ai réfléchi cette semaine au bien que je peux apporter à ce monde grâce à cette expérience.

J’ai décidé de (dès que possible) commencer à bloguer mes sentiments sur tout ce qui précède et j’espère que beaucoup d’entre vous se joindront à moi pour échanger. Si nous travaillons tous ensemble, nous pouvons apporter les changements dont nous avons besoin pour notre succès collectif ».

Les écoles forment les adultes de demain et les enseignants méritent un grand respect qu'ils ne reçoivent malheureusement pas toujours.

Certains parents auraient besoin d’être remis à leur place. Comment un enfant peut-il être respectueux s’il voit ses parents faire le contraire?

Partagez pour faire connaître ce texte à vos amis.



Source : Facebook

Crédit photo : Facebook




Partager sur Facebook