Toute la vérité

Montréal interdira la vente de chats et de chiens en animalerie dès 2020.
Montréal interdira la vente de chats et de chiens en animalerie dès 2020.




Montréal interdira la vente de chats et de chiens en animalerie dès 2020.
"Que pensez-vous de cette mesure?"

On est prêt à parier que tout le monde a déjà mis les pieds dans une animalerie et comme vous le savez sans doute déjà, il n'y a pas que de la nourriture et des accessoires pour les animaux qu'on peut y trouver. 



En effet, les clients de ces endroits peuvent également se procurer un adorable animal de compagnie à ramener à la maison, moyennant certains coûts. Et ce qui fait fureur? Attention, aucune surprise à l'horizon: Les bébés. Les chiots et les chatons particulièrement.



Vous vous demandez probablement précisément pour quelle raison on aborde le sujet avec vous aujourd'hui, mais il y a une raison bien précise. Chaque client qui achète un animal de compagnie dans une animalerie n'achète pas d'animal de compagnie dans un refuge. 



Vous voyez un peu mieux où on veut en venir? Les refuges sont pleins à craquer d'animaux laissés à l'abandon qui n'attendent qu'une famille et une deuxième chance dans la vie. Et pour leur donner cette chance, la Ville de Montréal a pris la décision d'agir concrètement. 



En effet, la vente de chats, de chiens et de lapins (ces derniers sont également concernés par cette mesure) sera interdite dans les animaleries dès l'année 2020. Selon les propriétaires de ces commerces, les revenus de leurs entreprises devraient chuter entre 20% et 30%.






La juge chargée de cette affaire, Johanne Mainville, a expliqué que les animaleries




''plaident que les dispositions en litige ne sont pas dans l'intérêt public puisqu'elles font en sorte de favoriser l'achat de chiens, chats et lapins non contrôlés par internet et privent le public des conseils judicieux des animaleries lors de l'achat ''




Si la majorité des gens ont été franchement heureux de cette nouvelle, certains se sont gardés quelques réserves, en mettant par exemple en avant le fait que les nouvelles mesures risquent de permettre au marché noir d'animaux de proliférer encore plus. 



Et vous? Qu'en pensez-vous?



Source: La Presse




Partager sur Facebook