Toute la vérité

Les fonds amassés pour la fillette de Granby soulèvent des inquiétudes de part et d'autre
Les fonds amassés pour la fillette de Granby soulèvent des inquiétudes de part et d'autre




Les fonds amassés pour la fillette de Granby soulèvent des inquiétudes de part et d'autre
"Si chacun joue franc-jeu, nous avons peut-être une chance de vraiment faire changer les choses."

Tout le Québec a été sous le choc d'apprendre l'histoire de la petite de Granby et surtout de réaliser que personne n'a été là pour la sauver.

Suite à son triste décès, sa famille a organisé une levée de fonds sur le site Gofundme pour amasser des sous dans le but d'offrir à ce petit ange des funérailles digne de ce nom. 

Ce qu'ils ignoraient à ce moment, c'est que les funérailles leur seraient offertes gracieusement par une entreprise locale et que la levée de fonds serait aussi populaire ramassant beaucoup plus que la somme prévue au départ, soit presque 12 000 $.

La famille avait alors promis de se servir de cet argent pour qu'un tel drame ne se reproduise jamais. 

Suite à cela, beaucoup d'informations ont circulé à savoir que la famille ne confierait pas cet argent aux bonnes personnes et même qu'un groupe d'extrême droite venait d'entrer en scène.

Carl Jacques, qui est l'une des personnes à l'origine de la levée de fonds pour la fillette de Granby a tenu à rectifier le tir mercredi matin en publiant un vidéo sur sa page Facebook.

Il affirme :




« Je ne suis pas un extrémiste, je ne suis pas un raciste et l'argent de la campagne ne va pas servir pour ça. »

« La cause de fillette, c'est pour la cause de fillette. C'est pour elle que j'ai fait ça. C'est pas pour que quelqu'un se remplisse les poches la dessus. »

Il assure également qu'il n'est pas à l'origine des informations qui sont sorties ou qui sortiront prochainement dans les médias. Il dit fuir les journalistes et ne pas être responsable de ce qui va se dire sur sa campagne de financement.



Voici le vidéo en question:

Les informations qui ont circulé tout au long de la journée sont surprenantes. La Presse a publié ce mercredi qu'une partie des fonds serait remise à Mario Roy qui est fondateur de l'Unité citoyenne d'enquête anticorruption. Selon eux, cet organisme serait lié à l'extrême droite. 

Pour sa part, Mario Roy se défend bien d'appartenir à une telle organisation, il a même publié sur sa page Facebook une photo qui montrait qu'il compte porter plainte contre le journaliste Philippe Teisceira-Lessard pour diffamation suite à son article paru mercredi dans la Presse.

Vouloir que pareil drame ne se reproduise plus est une noble cause et la Direction de la protection de la jeunesse est une énorme organisation.

S'agit-il de trouver un coupable?

Dans cette histoire il y en a malheureusement plus d'un. Si chacun joue franc-jeu, nous avons peut-être une chance de vraiment faire changer les choses.



À lire aussi: DPJ: Un rapport faisait état des impacts négatifs de la réforme Barrette



Source : Facebook




Partager sur Facebook